Life 2.0 : life has become customizable
English version

Par Maciamo Hay,
le 24 avril 2014 (version française le 23 mai 2014)

Améliorez votre santé, apparence physique et intelligence grâce à la thérapie génique

Les avancées en génétique permettent désormais de modifier son génome relativement facilement. La thérapie génique est actuellement utilisée exclusivement pour guérir des maladies, mais pourrait bientôt être utilisée par les transhumanistes pour l'amélioration génétique, par exemple pour augmenter ses facultés mentales ou améliorer son apparence physique. Que peut-on modifier exactement et quels sont les risques impliqués ?

Les outils pour éditer le génome : copier, coller, supprimer ou réparer tout ce que vous voulez

Le 21e siècle marque le début d'une nouvelle ère pour la génétique humaine, l'ère de la thérapie génique. Bien que la thérapie génique a été d'abord expérimentée dans les années 1990, seuls des paires de base isolées pouvaient être modifiées à l'époque, et pas toujours de manière fiable. De nombreuses techniques ont évolué au fil des années pour modifier plus facilement des petites portions de son génome et avec une beaucoup plus grande exactitude. Le plus prometteur d'entre eux, connu sous le nom de CRISPR-Cas9, permet de modifier de plus grandes sections d'ADN en une seule fois. À l'aide d'un seul court segment d'ARN utilisé en conjonction avec une protéine qui trouve et coupe la séquence d'ADN désirée (une enzyme appelée Cas9), la méthode CRISPR permet d'aisément remplacer, supprimer ou ajouter n'importe quelle séquence d'ADN.

Les anciennes méthodes de thérapie génique ont déjà été utilisées avec succès pour traiter des conditions telles que la leucémie, le myélome multiple, l'hémophilie, la thalassémie, la drépanocytose ou la maladie de Parkinson, et même de conférer à une personne une protection génétique contre le VIH, le virus qui cause le SIDA.

Non seulement la thérapie génique est le seul remède pour les maladies génétiques comme le daltonisme, la mucoviscidose, la drépanocytose, la maladie de Tay-Sachs, ou la maladie de Huntington, elle possède également le grand avantage d'être non invasive, relativement sûre et, dans la plupart des cas, dénué d'effets secondaires. La méthode est tellement prometteuse qu'elle pourrait être utilisée pour guérir n'importe quel type de maladie causée par des facteurs génétiques. L'avènement de nouveaux outils de manipulation génétique comme CRISPR permet même maintenant de modifier plusieurs gènes en une seule injection.

Des bébés sur mesures au transhumanisme

Le film Bienvenue à Gattaca (1997) imaginait une société futuriste où les enfants potentiels étaient conçus par le biais de la manipulation génétique pour s'assurer qu'ils possèdent les meilleurs traits héréditaires de leurs parents. Il ne s'agissait cependant pas d'ingénierie génétique dans le film. Les bébés étaient conçus à l'aide d'un diagnostic génétique précédent une insémination artificielle, ce qui signifie que le meilleur ovule et sperme des parents sont sélectionnés pour produire la progéniture la plus désirable.

Depuis que le film est sorti, le coût du séquençage de l'ADN a chuté d'un million de fois, passant d'un coût d'une paire de base séquencée pour un dollar en 1997 à 1 million de paires de base par dollar en 2013. Cela rend le diagnostic génétique anténatal extrêmement abordable aujourd'hui, et bon nombre de gens l'utilisent déjà dans certains pays, y compris en France, en Belgique, en Suisse et au Canada. La Chine a même dû l'interdire en mars 2014 comme trop de gens l'utilisaient pour choisir le sexe des foetus, principalement à cause de la politique de l'enfant unique et la forte préférence culturelle des Chinois à avoir des garçons.

Il faudrait de nombreuses générations pour produire des surhommes comme dans Gattaca avec cette méthode. Cela pourrait même se révéler impossible pour certaines familles, étant donné que la sélection génétique peut uniquement favoriser les variantes génétiques préexistantes, mais ne modifie pas les gènes. Pour prendre un exemple simple, un couple aux yeux bleus (un trait récessif qui doit être hérité des deux parents) produira uniquement des enfants aux yeux bleus, peu importe le nombre d'oeufs et de sperme analysé pour la sélection.

L'ingénierie génétique serait la solution pour créer de vrais bébés sur mesure. N'importe quel couple pourrait choisir de modifier l'ADN de son futur bébé pour se débarrasser des potentielles maladies indésirables. Tant qu'on y est, pourquoi ne pas également corriger les gènes causant l'obésité, en accélérant le métabolisme ? Ou changer la couleur des yeux du bébé ? Ne serait-il pas intéressant d'augmenter un peu son intelligence ? Nous obtenons alors un "designer baby" sur mesure.

L'ingénierie génétique entraîne inévitablement des questions éthiques, étant donné que les modifications génétiques pourraient potentiellement provoquer des résultats inattendus. Que se passe-t-il si l'enfant se retrouve avec une maladie génétique jusque-là inconnue, qui lui cause de la souffrance ou réduit son espérance de vie ? Juste la possibilité que cela pourrait se produire jete un froid sur l'idée des bébés sur mesure. Pas si vite. Tout l'intérêt de la thérapie génique est qu'elle peut corriger les gènes, et cela vaut aussi pour ceux des "designer babies". Rien n'est irréversible, et c'est ce qui rend la thérapie génique si géniale.

Beaucoup de gens pourraient également s'opposer aux "designer babies" en justifiant que la nouvelle génération serait « meilleure » qu'ils ne pourraient jamais l'être. Ils envieraient ou auraient peur de cette nouvelle génération d'individus « parfaits ». Une fois que leur intelligence aura été considérablement augmentée, les parents se sentiraient bêtes aux yeux de leurs enfants. Alors si on regrettait nos bébés sur mesure parce qu'ils sont si différents de nous ? Une fois qu'ils sont nés, on se sait plus faire demi-tour. En fait ce n'est pas le cas, et c'est là que la thérapie génique révèle toute son importance.

Le grand avantage de la thérapie génique est qu'elle peut corriger les mutations génétiques indésirables, et d'activer/désactiver les gènes presque sur demande chez n'importe quel individu. En fait, il n'est même pas nécessaire d'avoir des bébés sur mesure étant donné que nos enfants pourront décider eux-mêmes de modifier leur ADN plus tard dans leur vie. Ou vu sous un angle différent, il est beaucoup moins à craindre d'avoir un bébé génétiquement modifié/amélioré quand on sait que tout problème potentiel peut être réglé ultérieurement.

En outre, les parents eux-mêmes pourraient sauter sur l'occasion d'affiner leur propre ADN. Il n'y a plus d'excuse de craindre que les nouvelles générations soient meilleures que nous. La thérapie génique est si révolutionnaire qu'elle peut être utilisée pour modifier son apparence physique, améliorer ses capacités physiques ou encore ses facultés mentales. Elle rend possible de modifier la couleur de sa peau, de ses cheveux ou des yeux en une seule injection, et même rechanger plus tard ou choisir d'autres variantes, presque à volonté. À la différence de la chirurgie esthétique, il n'y a aucune raison d'avoir peur de ne pas aimer le résultat. Vous ne l'aimez pas ? Une nouvelle injection suffira à modifier votre ADN. Contrairement à la chirurgie esthétique, la thérapie génique est sans douleur et vous ne pouvez pas mourir sur la table d'opération.

Le message moral de Bienvenue à Gattaca était que la sélection (ou l'ingénierie) génétique mènerait inévitablement à une société divisée entre les riches, qui pourraient se permettre des bébés sur mesure et deviendraient ainsi des surhommes, et les pauvres qui ne pourraient pas se le permettre et finiraient par conséquent par être gouverné par les riches. Mais cet argument a déjà été rendu obsolète par les tests ADN bon marché. Dans les années 1990, le gouvernement américain avait alloué 10 milliards de dollars pour tester le premier génome humain complet. En 2014, le prix d'un génome complet est tombé à 1000 $ (735 €), et celui-ci devrait chuter à un montant dérisoire de 100 $ dans quelques années. La thérapie génique devient également de plus en plus abordable, et à partir du moment où il deviendra acceptable et légal de l'utiliser pour des améliorations personnelles (ce qui peuvent encore prendre une dizaine d'années), pratiquement tout le monde aura les moyens de le faire. Ce ne sera plus qu'une question de choix personel, comme faire du sport, manger sainement ou lire pour s'instruire.

Vers une société génétiquement améliorée ?

Peu de gens remettraient en question l'usage de la thérapie génique pour se débarrasser de maladies invalidantes ou mortelles. Les avantages sont tellement écrasants que seuls les fondamentalistes religieux les plus obstinés pourraient s'y opposer. Le concept de la thérapie génique facile et pas cher dans le but d'améliorer son apparence ou ses capacités est si nouveau que la plupart des gens n'ont jamais vraiment considéré la question en profondeur.

Il y a beaucoup d'arguments en faveur de la thérapie génique pour améliorer son apparence physique. Par exemple :

  1. C'est plus sûr et beaucoup plus efficace que la chirurgie esthétique, que beaucoup de gens font déjà de toute façon. En France 14% des femmes sont déjà passées sous le bistouri. Dans des pays comme la Corée du Sud, la Grèce ou le Brésil, on dépasse le quart de la population feminine.
  2. Moins de gens seront déprimés ou se suicideront parce qu'ils ne s'aiment pas.
  3. Une société composée de personnes attirantes sera plus agréable pour tout le monde, et les gens ne seront plus autant jugés sur leur apparence physique, mais plus pour leur personnalité, leurs intérêts, leurs bonnes actions, etc. En d'autres termes, la société deviendra moins superficielle.

Une objection courante à l'utilisation de génie génétique pour améliorer son apparence physique ou augmenter son intelligence est que les gens finiront tous par se ressembler et penser de la même façon. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Malgré la facilité d'altérer son ADN avec les nouvelles méthodes de thérapie génique, il est peu probable que les modifications génétiques rendront possible dans un futur proche de décider exactement à quoi doit ressembler notre visage. En comparaison, il est aisé de modifier la pigmentation de sa peau ou de ses cheveux. Il n'y a qu'à changer quelques caractères de son génome pour obtenir une peau ou des cheveux plus clairs ou plus foncés. Mais la morphologie du visage est une autre affaire. Nous ne pourrions même pas décrire un visage avec précision en utilisant des mots. Alors comment sommes-nous censés trouver les séquences d'ADN responsables pour, disons, la forme du nez ou la position des pommettes ? C'est théoriquement possible, mais l'humanité sera débarassée de maladies génétiques bien avant que nous ne puissions maîtriser la conception du visage par génie génétique.

Nos gènes sont comme une recette pour faire un corps. Ils donnent des instructions simples comme combien de cellules doivent devenir un foie, ou à quelle vitesse le corps doit grandir. La modification du génome avant la naissance, ou au moins lors de la petite enfance, peut effectivement modifier la façon dont une personne grandit. Mais chez une adulte, il ne sera probablement pas possible d'altérer la structure osseuse via la thérapie génique. Une fois que les os ont grandi, on ne sait plus les rapetisser ni changer leur forme. Et bien qu'on puisse rajeunir la biochimie du corps en réactivant certains gènes qui se désactivent avec l'âge, il n'est pas possible d'inverser le processus de croissance et de réduire la taille d'un adulte à celle d'un enfant ou d'un bébé. Ce n'est pas la manière dont l'ADN fonctionne.

Il en va de même pour la structure du cerveau. Il est possible de régénérer des neurones (aussi bien par la thérapie génique que la thérapie de cellules souches) et de modifier la chimie du cerveau (avec les médicaments ou la thérapie génique), mais pas les connexions à l'intérieur du cerveau. C'est pourquoi il ne sera pas possible de modifier radicalement l'intelligence ou personnalité chez les adultes. Au mieux, nous pourrions espérer améliorer la mémoire et la vitesse de la pensée, ou se débarrasser de dépendances à certaines substances comme l'alcool ou le tabac, ou même au jeu (en modifiant les récepteurs de la dopamine).

Améliorer ses facultés mentales par la thérapie génique pourrait s'avérer plus difficile pour plusieurs raisons.

  1. Il s'est avéré assez difficile d'identifier les gènes responsables de l'intelligence, parce que l'intelligence est un concept vague qui peut signifier beaucoup de choses différentes. Est-ce une aptitude pour les mathématiques, pour les langues, pour la musique, pour les relations sociales, pour le dessin, pour comprendre les mécanismes ?
  2. L'intelligence ne dépend pas uniquement des gènes, mais aussi de beaucoup d'autres facteurs comme le développement du foetus pendant la grossesse, le milieu familial, la stimulation intellectuelle qu'un enfant a reçu en grandissant, etc.
  3. Le dévelopement de l'intelligence dépend de l'effort et du temps passé pour améliorer ses capacités. En outre, plus de temps on passe à développer certaines capacités, moins de temps on a pour les autres capacités. C'est pourquoi les gens qui sont extrêmement doués dans un domaine ont souvent des lacunes dans d'autres domaines.
  4. La même chose est vrai pour la mémoire. Une bonne mémoire nécessite une pratique régulière, à l'instar du sport. De plus, la mémoire diminue avec l'âge, avec l'usage du tabac, la consommation excessive de mauvaises graisses (saturées), ainsi que bien d'autres facteurs environnementaux.

Il y a tellement de facteurs non génétiques impliqués dans l'intelligence que, même si nous pouvions augmenter un peu le potentiel à apprendre et à mémoriser des gens, le monde ne serait pas tout à coup rempli de génies. Il y aurait toujours autant de diversité qu'aujourd'hui, mais avec des gens un peu plus capables dans leurs domaines d'intérêt respectifs, ce qui n'est somme toute pas une mauvaise chose.

Mis en compte les nombreux facteurs non génétiques contribuant à notre intelligence et notre personnalité, il n'y a aucune raison de croire que l'utilisation généralisée de la thérapie génique pour le perfectionnement personnel créerait une société excessivement uniformisée.

Cela ne signifie pas qu'on devraient tous commencer à modifier nos gènes dès maintenant. Il reste beaucoup à apprendre sur la fonction des quatre milliards de paires de bases comprises dans notre génome. Seuls quelques milliers d'entre elles ont été clairement associées à des maladies ou des traits physiques ou psychologiques. Il faudra encore beaucoup d'années, et probablement des décennies avant que nous ne comprenions complétement le rôle et la fonction de chaque polymorphisme.

Les gènes influençant le cerveau sont particulièrement complexes et représentent une part importante de notre génome. Au moins un tiers des quelques 20.000 gènes qui composent le génome humain sont actifs (exprimés) principalement dans le cerveau. Donc même si en théorie, ce serait une bonne chose d'élever le niveau d'intelligence globale de l'humanité, il n'y a pas grand chose qui peut être fait en ce moment.

Ce qui peut être fait actuellement, en plus de guérir des maladies, de changer des traits simples comme la couleur des yeux ou des cheveux, choisir des cheveux raides ou bouclés, et peut-être même réduire la graisse corporelle ou légèrement améliorer notre condition physique. Modifier les récepteurs de la dopamine (notamment DRD2) et le transporteur de sérotonine (SLC6A4) pourrait également guérir ou atténuer la dépendance au jeu, à la nicotine, à l'alcool ou aux drogues, ou encore atténuer le Trouble du déficit de l'attention / Hyperactivité (TDAH) ou d'autres conditions.

Théoriquement nous avons également les connaissances nécessaires pour changer notre groupe sanguin (voir Les groupes sanguins ABO et la résistance aux maladies) et les antigènes HLA, qui gèrent le système immunitaire. Il pourrait être plus difficile de prédire les effets de ces changements sur la biochimie du corps, donc ce genre de traitement devrait dans un premier temps n'être réalisé que chez les personnes atteintes de graves maladies auto-immunitaires clairement liées à un type spécifique d'HLA (par exemple, HLA-B27 est un facteur de risque majeur pour la spondylarthrite ankylosante).

Pour obtenir un aperçu de ce qui peut potentiellement être corrigé, amélioré ou personnalisé en modifiant nos gènes, lisez Que pouvons-nous améliorer avec la thérapie génique ?



About - Contact - Disclaimer - Privacy Policy - Copyright © 2014-2018 VitaModularis.org All Rights Reserved.